RÉUSSIR LA TRANSITION
 

Ce site essaye d'analyser l'impact de l'énergie et de sa production sur le développement.
L'auteur de ce site se considère comme prônant l'écologie, bien qu'il soit favorable à l'énergie nucléaire.
La justification de ce point de vue est l'un des sujets abordés dans ce site.

Nombre de visiteurs:Nombre de visiteurs :

Reprise

Après plus d'un an d'inactivité, je reprend un peu de service pour faire évoluer ce site. Alors je constate que certaines choses ont changées. Et cela m'inspire quelques réflexions que je vais sauvegarder dans cet article.

D'abord les surprises: le pic-oil s'est éloigné! On était dans une situation de prix chers, au bord de la pénurie, avec des inquiétudes qui se traduisaient par des déclarations du genre "Il faudra trouver 3 Arabie Saoudites pour satisfaire les besoins en pétrole du Monde!", et....on les a trouvé.

Le pétrole et le gaz de shiste je n'y croyais pas. Je suis encore sceptique sur la durée du phénomène, mais on ne peut pas nier que l'effet sur le marché du pétrole est grandiose. Le prix du pétrole est maintenant compris entre 20 et 30 $ et un transfert de l'ordre du millier de milliards de $ s'effectue entre les pays producteurs et les pays consomateurs.

A part cela, l'industrie du nucléaire se remet lentement du choc Fukushima: AREVA est moribonde, les EPR ne sont toujours pas opérationnels, l'Allemagne est sortie du nucléaire, mais a du payer le prix fort, en investissement, pour des résultats à peu près nul, du point de vue des rejets de CO2 dans l'atmosphère. Par contre des pays comme la Chine et l'Inde n'ont pas été ralentis dans leur volonté de développer l'énergie nucléaire.

Le prix du photovoltaïque semble avoir baissé, mais les progrès des batteries me semblent décevant : ils sont juste normaux, alors que l'on pouvait espérer des percés décisives dans ce domaine.

La crise qui se prolonge détourne le public de ces questions qui ont baissés en priorités. Les bas prix du pétrole devrait permettre une certaine relance, et peut-être pourra-t-on se permettre le luxe de reconsidérer les questions écologiques dans ce nouveau contexte.

6 Mars 2017

La reprise économique est lente mais on sent un frémissement, en presqu'un an le prix du pétrole est passé de 35$ le baril à 55$, cela ralentit certainement la vigueur de la reprise.

Je vais essayer de mettre à jour les pages du site, en particulier celles qui sont difficiles à comprendre par manque de pédagogie!

 
 Accueil                                                                                                 Contact : richard.rutily@gmail.
 



 
Créé avec Créer un site
Créer un site